Accueil » Perte d’autonomie et dépendance : les propositions du rapport Libault

Perte d’autonomie et dépendance : les propositions du rapport Libault

Le rapport Dominique Libault sur la perte d’autonomie et la dépendance a été remis à la ministre de la Santé Agnès Buzyn le 28 mars 2019. Un rapport très complet sur le grand âge et la perte d’autonomie : des constats et enjeux aux propositions pour changer de modèle, une étape décisive avant le projet de loi.

Lancée en septembre 2018 par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, la vaste concertation “grand âge et autonomie” s’est achevée le 28 mars 2019 par la remise du rapport de conclusion à la ministre par Dominique Libault.

L’objectif de cette concertation était d’élaborer des propositions fortes, en vue d’un projet de loi, pour “une politique nouvelle et forte du grand âge en France”.

Cette concertation a mobilisé 10 ateliers nationaux, 5 forums régionaux, une consultation citoyenne ayant recueilli plus d’1,7 million de votes pour 414 000 participants, 100 rencontres bilatérales et des groupes d’expression de personnes âgées, professionnels et aidants.

Résultat : 175 propositions réunies en 10 propositions clés et 8 priorités pour “permettre le libre choix et une meilleure qualité de vie pour les personnes âgées, dont la citoyenneté doit être pleinement reconnue.”

 

Perte d’autonomie : une urgence sociale

Au cours de la remise du rapport la ministre de la santé Agnès Buzy a souligné :
« l’urgence qu’il y a à accompagner et à soutenir les professionnels courageux et engagés qui consacrent leur vie à nos aînés vulnérables, dans des conditions souvent difficiles voire pénibles […].
L’urgence qu’il y a à libérer les personnes âgées du sentiment d’être un fardeau pour leurs proches, et de l’insoutenable culpabilité qui l’accompagne.
L’urgence qu’il y a à ne plus condamner aucun de nos aînés à une solitude qui tue plus sûrement encore que le vieillissement du corps.”

Une urgence nécessaire, puisque près de 5 millions de français auront plus de 85 ans d’ici 2050.

Il faut donc dès à présent établir les politiques sociales nécessaires à la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie.

“Nous aurons réussi la réforme du grand âge lorsque nous en aurons fait un moment privilégié, serein et apaisé, et non plus un moment redouté et caché”, a déclaré la ministre de la Santé.

Tout en évitant de faire naître, chez les personnes âgées, un sentiment de dépendance, pourra-t-on respecter le besoins qu’ils éprouvent de conserver leur place dans une société normale, d’être mêlés constamment à des adultes et à des enfants” Pierre Laroque 1962

 

Un rapport très complet sur le grand âge et la perte d’autonomie : des constats et enjeux aux propositions pour changer de modèle

À voir : Rapport Libault en PDF (228 pages)].

Découvrez avec nous les grands axes du rapport sur le grand âge et la perte d’autonomie

PARTIE 1 – CONSTATS ET ENJEUX
1 – Une demande forte de transformation en profondeur
2 – Un système complexe et peu lisible, en dépit d’un effort public croissant
et de nombreuses initiatives innovantes
3 – Un investissement fort et urgent dans l’attractivité des métiers
et les compétences
4 – L’attente d’une meilleure prise en compte des ressources dans l’attribution des aides et le choix d’une couverture publique
5 – Un manque de coordination autour de la personne source
de ruptures de parcours, de défaut de prévention et d’isolement

PARTIE 2 – LES PROPOSITIONS POUR CHANGER DE MODÈLE
1.Un nouveau regard sur le grand âge
a. Donner du sens au grand âge en réaffirmant la citoyenneté, la dignité et le droit au libre
choix de la personne âgée
b. Aider les proches aidants et lutter contre l’isolement de la personne âgée: pour un modèle d’accompagnement et de soin intégré associant démarches citoyennes et démarches professionnelles pour et avec les personnes

2. L’autonomie de la personne âgée au cœur de la stratégie
a. Garantir le libre choix de la personne âgée en construisant une nouvelle offre d’accompagnement et de soin recentrée sur le domicile
b. Prévenir la perte d’autonomie pour augmenter l’espérance de vie sans incapacité

3. Améliorer les conditions de vie de la personne âgée par la revalorisation des métiers, à travers un plan national pour les métiers du grand âge

4. Mieux accompagner
a. Rénover les prestations pour simplifier la vie des personnes âgées et agir sur l’accessibilité financière, garantie du libre choix
b. Assurer une continuité de prise en charge pour chacun et mettre un terme aux réponses en silos

5. Un risque national à part entière avec un partenariat territorial renouvelé
a. Reconnaître la perte d’autonomie comme un risque de protection sociale à part entière
b. Améliorer les connaissances statistiques et économiques et soutenir la recherche pour étayer la politique du grand âge
c. Accroître l’effort financier en assurant un financement juste de la perte d’autonomie liée à l’âge par la solidarité nationale
d. Piloter l’offre sur les territoires, au plus près des personnes, tout en garantissant mieux des réponses homogènes et équitables

 

Puis 175 propositions pour faire changer les choses.

À voir : Rapport Libault en PDF (228 pages)].

Le Fonds pour les soins palliatifs agit tous les jours pour mieux accompagner la personne âgée dans sa maladie et dans sa perte d’autonomie, pour rendre sa vie moins pénible et moins douloureuse.
Mais nous aussi devons aller plus loin, poursuivre, faire toujours mieux.
Et pour cela nous avons besoin de votre soutien financier et de vos dons généreux.
Nous vous remercions de votre aide précieuse qui nous permet de poursuivre plus largement notre mission engagée.
Une société bien portante se voit à la manière dont elle s’occupe des personnes âgées. Ne l’oublions pas car demain nous serons aussi concernés!

https://www.fondssoinspalliatifs.fr/faire-un-don/